art-thérapie·auteur·Créativité·mes projets art et créativité·philosophie de vie

Les nouvelles : Mon premier trimestre sensible, zen & créatif

Tous les événements sont des bénédictions qui nous sont données pour que nous apprenions. Elizabeth Kübler Ross

Mes chers lecteurs,

Je suis impardonnable. Oui. La raison est que je ne vous ai pas donné de mes nouvelles depuis le 4 octobre 2021, date de ma dernière publication. Je ne tiens pas mes plannings. Ce n’est vraiment pas pardonnable pour une auteure de blog passionnée d’écriture.

Mais j’ai préparé mes excuses. Tenez vous prêt à donc tout gober. Ha ha !

Bien évidemment, je plaisante. Je fais un peu d’humour même si ce n’est pas toujours très marrant.

Je sais très bien que vous êtes des lecteurs très indulgents et que vous attendiez avec impatience ma prochaine publication.

Alors me revoilà, ce dimanche 17 octobre 2021 à 11 h 22, heure présice à laquelle je commence à rédiger le brouillon de cet article, sans musique, bullshit.

Donc, revenons à nos moutons. Mince, il faut vraiment être sérieux !

Les raisons de mon absence

Je me suis absentée ces derniers temps pour diverses raisons :

Depuis la sortie des multiples confinements, j’ai décidé que cette année j’allais reprendre en main mes activités sociales plus extérieures.

Mon bébé grandit donc il est rentré pour la première fois à la crèche, ce qui me laisse théoriquement plus de temps à blogguer, à écrire et à dessiner mais non.

Dans un premier temps, l’administration m’appelle à remettre à jour certains points de mon statut. Alors, au lieu de travailler à la maison, il faut que je me déplace faire le trajet jusqu’à ces chers bureaux. Je vous rappelle que je n’ai pas encore mon permis, du coup, je perds beaucoup de temps dans les transports chaque jour pour me rendre à ma destination et à réserver des transports à la demande car je vis en campagne donc je réserve pour me déplacer plus rapidement.

Dans un second temps, j’ai intégré l’association du Foyer Rural de mon village entant que membre du conseil d’administration et animatrice. De ce fait, j’ai pris le temps de m’adapter à cette nouvelle vie sociale et bénévole. Actuellement, nous préparons Halloween. Pour ma part, j’animerai un Atelier Lanternes pour trente-trois enfants et l’Halloween Party, alors oui, j’ai du boulot. Et je préfère blogguer. Oui, tout à fait, l’esprit humain est tout à fait incohérent.

Dans un troisième temps, j’ai proposé d’animer des ateliers d’arts créatifs dans la commune et dans la classe de mon fils alors j’ai préparé le dossier de mon projet que je mettrai très prochainement en ligne.

Dans un quatrième temps, je continue à corriger mon premier livre jeunesse que vous aurez la joie de voir le jour très vite, enfin j’espère. Mine de rien, cela fait deux ans que j’y suis. Mais concrètement, cela fait un an, en comptant le moment à partir duquel je l’ai fait lire, relire et corriger par des personnes externes, sans compter les heures à auxquelles j’ai passé à le corriger à la suite des lectures extérieures. Je l’avais publié une première fois mais beaucoup de points devaient être revu.

En tout cas en attendant, je peux déjà vous annoncer la bonne nouvelle : mon premier recueil de poème est disponible à l’achat sur Amazon en broché et kindle.

Dans un cinquième temps, j’ai repris le tricot. Je vous ferai part de mon ressenti par rapport à cette activité dans un prochain article.

Dans un sixième temps, comme certains d’entre vous le savent déjà, je suis en cours de créations d’une série d’enregistrements vocaux pour mon défi thérapeutique « ma voix créative » que je partage déjà sur YouTube sur ma chaîne, idéalement une fois par mois.

Dans un septième temps, je fais le tri de mes affaires créatives et édicatuves (livres, cahiers, magazines…) et vestimentaires, je me suis résignée à me mettre sur Le Bon Coin et sur Vinted pour vendre tout ce qui ne me sert plus. Alors, venez me retrouver au cas où je pourrais faire votre bonheur parmi les vêtements et les affaires créatives que j’ai mis en ligne.

Vous pourrez me retrouvez sous les pseudo de Christina Jaka, naturellement.

Bientôt, je commencerai à vendre quelques-uns de mes dessins et de mes diverses sur mon blog et peut-être des prestations d’accompagnements dans votre cheminement créatif. Tous ces projets sont encore dans ma tête et je réfléchis encore.

Dans un huitième temps, je recherche du boulot à temps partiel. Alors à moi de nouveau la rédac des curriculums vitae et les lettres de motivations.

Jusqu’à aujourd’hui et encore pendant un long moment, je serai toujours ravie de partager avec vous gratuitement et de tout mon cœur tout mon contenu créatif et philosophique. D’ailleurs, cela dure depuis 2017. Mais il est temps pour moi de penser à gagner ma vie dignement pour mes enfants, pour mes projets et donc de penser à la sphère financière de ma vie.

Cependant, vous pouvez toujours me soutenir, si le cœur vous en dit, en faisant votre shopping sur ma boutique de design personnalisés Tunetoo, je m’occupe juste à appliquer le design et c’est l’entreprise Tunetoo qui s’occupe du reste (réception des commandes, fabrication, et envoi ou service après vente). Pour ma part, je touche la commission de chaque article vendu.

Dans un neuvième temps, à part les raisons que je vous ai donné, il y a les raisons personnelles que l’on ne partagera certainement jamais.

Une vie prend beaucoup de temps. Alors des vies…

Voilà, en neuf temps, j’ai pu vous faire un petit bilan de tout ce que je fais actuellement depuis la rentrée scolaire.

Je sais vous allez penser que j’ai dix mille excuses et idées à la seconde, que je fais des promesses que je ne tiens pas, que je dis des choses que je ne fais pas, que je fais pleins de choses et rien à la fois. Et vous avez tout à fait le droit d’avoir votre jugement. Mais au fond, l’une des vérités que l’on assumera jamais assez, c’est qu’on est très souvent exigent envers soi et les autres et juste impatients que nos projets voient le jour pour de vrai. Attention car l’impatience peut nous jouer un sale tour. Alors, soyons raisonnablement déraisonnables et soyons persévérants dans nos projets. Cela ne tient qu’à nous. Faisons de notre mieux.

Encore, voilà, en ce qui concerne les nouvelles de ce premier trimestre.

Je trouve ma voie… petit à petit, je vois la lumière au bout du tunnel.

Ça avance. Tout simplement.

Merci du fond du cœur mes très chers de me lire si vous me lisez jusqu’à la fin de cet article.

Vous n’êtes pas nombreux et puis je ne suis pas disponible sur les réseaux quotidiennement et à temps complet pour partager mes articles à chaque fois mais je suis déjà ravie de l’avancée des choses.

Je me sens reconnaissante car cela me fait extrêmement du bien.

Sur ce, après ces jolis mots, je vous dis à une prochaine fois,

Sensiblement zen & créatif avec vous et pour vous,

Christina

DERNIERS ARTICLES

Mon bazar et le vôtre.

Dans les épreuves décisives, on ne franchit correctement l’obstacle que de face. ~ François Mitterrand Mes chers camarades créatifs, Comment se passe vos préparations des fêtes de Noël ? De mon côté, ça roule comme il se doit. Après les nouvelles de mon trimestre blogging, en cet article du mois de Novembre, un mois avant Noël,… Lire la suite Mon bazar et le vôtre.

Un élan de rentrée

Quand un monde de déceptions et d’ennuis s’abat sur vous, si l’on ne s’abandonne pas au désespoir, on se tourne soit vers la philosophie soit vers l’humour. Charlie Chaplin Dans la démarche d’une thérapie vocale, comme je l’ai annoncé dans un de mes articles, je continue à partager ma voix sur YouTube si vous souhaitez… Lire la suite Un élan de rentrée

En quête de « réelles » réponses à nos questions

La réalité n’est jamais ce qu’on s’imagine. Même pas d’un poil. Les réponses à nos questions non plus. La quête de la vérité doit être un cheminement de paix et d’amour envers soi et le monde avant tout. Voici l’histoire d’une âme en quête de réelles réponses. Cette âme c’est la mienne mais elle peut… Lire la suite En quête de « réelles » réponses à nos questions

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

philosophie de vie

Ma conscience

Mes chers camarades créatifs,

Ma conscience me chuchote certains messages à l’oreille de mon âme.

Par exemple, elle me murmure : « Christina, n’aurais-tu pas un message à délivrer aujourd’hui ? »

Ma conscience me rappelle qu’il y à une part de vérité profonde qui cherche à se dévoiler dans mes questionnements.

Une vérité ? Qu’est-ce qu’une vérité ? Est-ce qu’une vérité peut se dévoiler dans des questionnements ? Ne trouve-t-on pas la vérité dans l’affirmation de nos croyances non dans la capacité à se poser des questions ?

Ma conscience me dicte des pensées et des mots que je n’arrive parfois pas à comprendre.

Parfois, je me demande à moi-même : « Mais pourquoi as-tu fais cela? Pourquoi ai-je dit cela ? Etc. »

La conscience traverse plusieurs phases : spirituelle, matérielle, mentale, transcendantale.

Nous pouvons croire qu’une seule phase fonctionne plus que les autres mais en réalité, toute fonctionne autant que possible pour l’harmonie du corps et de l’esprit.

La conscience est capable de nous faire prendre conscience qu’il y a une conscience qui demande plus d’attention qu’une autre. Encore faut-il être capable de l’écouter.

Il y a des jours où je me retrouve profondément éprouvée par ce qu’elle souhaite me dire.

« Chère Conscience, de quoi veux-tu que je prenne conscience à cet instant ? Alors dis-moi. Montre-moi. »

La conscience est connectée par notre propre volonté.

On ne prend conscience de certaines choses que quand on a activé le réseau de conscience interne qui vibre en nous.

Est-ce que tout le monde en est capable dans sa vie ?

Tout le monde est capable d’avoir une certaine prise de conscience mais pas au même degré.

Certains réseaux sont connectés à des mondes externes au monde normal et simple.

C’est peut-être pour cela qu’il existe des consciences qu’on définirait d’incompréhensible.

« Pourquoi a-t-il fait cela? » « Je ne le pensais pas comme ça », etc.

Nous sommes toujours surpris de découvrir que quelqu’un que l’on croyait connaître puisse agir d’une façon « incompréhensible ».

Ce phénomène n’est pas étonnant.

Nous avons été programmés pour « être comme Mr et Mme Tout le monde » à partir de l’âge de raison, pour pouvoir être compris par Mr et Mme Tout le monde.

Hélas, cette croyance de pouvoir être comme Tout le monde et compris par Tout le monde prend un grand chamboulement quand notre système de normalité décide de faire la guerre avec notre second système : le système de Rébellion intérieur.

Heureusement, le système de rébellion intérieure n’a aucune mauvaise intention, au contraire. Cette rébellion intérieure réagit en solidarité avec notre Moi de la Source, « celui qui sait ce qu’il sait et ne sait pas ».

Nous pouvons imaginer à cet instant que notre enfant intérieur intervient et nous permet de réaliser notre propre conscience.

Réaliser notre propre conscience consiste tout d’abord à se détacher de notre désir de reconnaissance.

Le poids de notre éducation, de nos influences, de nos croyances limitantes nous empêchent longtemps de vivre pleinement l’instant de notre plein potentiel.

Nous nous sentons souvent incapables de trouver le chemin du comment être soi.

Parfois nous ne savons même pas que c’est possible d’être soi.

C’est le cas de beaucoup de personnes dans notre société souffrant ou subissant d’impacts suite à des relations dysfonctionnelles.

L’enfant intérieur et son système de Rébellion intérieure n’a pas été reconnu dès la conception.

Alors même nous ne pouvons pas parler de conscience si l’enfant intérieur n’a pas pu forger sa rébellion intérieure.

Heureusement, l’esprit est flexible et nous pouvons tôt ou tard faire appel à cet éveil de conscience pour nous aider à nous rebeller intelligemment.

Sensiblement zen et créative pour vous et avec vous,

Christina

la liste de mes 29 ans

29 souvenirs d’enfance

“Il reste toujours quelque chose de l’enfance, toujours…” Marguerite DURAS, Des journées dans les arbres 

Mes chers camarades créatifs, en ce jour, j’espère de tout cœur que vous vous portez à merveille.

Comme convenu, je continue mon défi mensuel de mes listes de 29 choses pour immortaliser mes 29 ans. 

Ce mois-ci, je vous partage mes souvenirs d’enfance. Ceux de la liste ne sont que ceux qui m’ont le plus marqué au cours de ma vie jusqu’à aujourd’hui. Ce sont les étapes de ma vie qui m’ont permis de comprendre pourquoi je suis devenue celle que je suis aujourd’hui. 

Ma deuxième liste en cliquant sur le lien : 29 choses que j’ai appris et découvert

 

Ma liste trois

De jolis et de moins jolis … des souvenirs juste inoubliables, parce qu’ils m’ont forgé.

  1. Je jouais a barbie, aux poli-pocket, aux playmobile et aux voitures avec mon frère.
  2. Que mes grand-parents nous ont abonnés à « j’aime lire ».
  3. Nos courses à pied en famille tous les dimanches.
  4. Nos vacances d’été à Madagascar.
  5. Mes parents me racontaient souvent que je disais les choses à l’envers. Par exemple, pour dire que je voulais aller en haut, je disais je voulais aller en bas, etc.
  6. Mes parents m’ont raconté que je répondais souvent « je m’en fous » à mon arrière-grand-mère.
  7. Il parait que j’aimais bien sortir. C’était le seul mot que connaissais sans le confondre.
  8. Ma folie du rêve américain. Je rêvais de l’Amérique : les grandes voitures, les grandes maisons … la Vie en Grand !
  9. Je jouais plus avec les enfants plus jeunes que moi qu’avec ceux de mon âge. Mes camarades me disaient que c’était bien pour moi d’être avec ceux qui avaient le même âge mental. Quand on te dit ce genre de remarque à 14 ans, tu peux le prendre mal mais aujourd’hui, je suis bien contente et même ça me flatte de faire plus jeune que mon âge.
  10. Mon prof de français au collège qui m’a dit un jour : « tout vient à point à ceux qui attendent ». Depuis, ce fut l’une de mes citations favorites et m’a souvent accompagné. Je me demande ce qu’il est devenu ce professeur. Il était déjà assez âgé à cette époque.
  11. J’étais une petite fille espiègle.
  12. Je n’étais pas une grande sœur délicate et attentionnée avec mon petit frère. On avait seulement 3 ans de différence donc il fallait comprendre.
  13. Je me souviens avoir eu ma période des « je sais ». Tout ce que mes parents me disaient, je me souviens avoir souvent répondu « je sais ». Ce qui, vous pouvez l’imaginer, avait l’art d’agacer mes parents.
  14. Je me souviens avoir aimé inventer des histoires.
  15. J’aimais déjà écrire, coller … tisser des scoubidous, un petit peu coudre.
  16. J’ai commencé à manger du piment vers 10, 12 ans et qu’est-ce que j’aime ça !
  17. Mes parents m’ont raconté que j’ai gouté du vin vers 6 ans et du café un peu plus jeune.
  18. Je me souviens avoir cousu un mini oreiller à la main.
  19. Je me souviens d’avoir connu un ami de mon père qui avait une souris comme animal de compagnie. C’est quand même rare.
  20. Je me souviens de cette lettre d’amour que j’avais écrite pour un garçon et qui l’a fait fuir.
  21. Je me souviens que j’ai galéré de ma 5ème à la 3ème parce que j’avais dit à une fille que j’étais amoureuse d’un garçon et que je lui avais demandé de le lui dire.
  22. Je me souviens de mon professeur en CP qui avait dit à ma mère : « je ne sais plus quoi faire avec votre fille, madame ».
  23. A douze ans, j’ai dit mon premier gros mot mais je ne le répèterai pas ici. C’était un moment vraiment ridicule pour moi. Il y avait une fille qu’un groupe d’ami à moi n’aimait pas (Floriane, elle s’appelait), on l’a approché et un de mes camarades, Alex, m’a ordonné de l’insulter.

Moi, j’étais hyper timide, et un peu le mouton. Comme je voulais me faire accepter en quelque sorte, j’ai répété et j’ai insulté la fille sans trop de savoir que ce que je disais à propos d’elle était vrai ou non. Je me souviens de la tête que je faisais et je me sens encore ridicule en y pensant là.

  1. Je me souviens d’une maitresse, Madame Carré. J’en rigole maintenant parce que je la trouvais méchante. Peut-être parce qu’elle était de nature Carré finalement.
  2. J’étais souvent punie…avec les garçons.  Je me souviens une fois elle m’a fait sortir parce que j’avais ramené ma poupée Barbie. Maintenant mon fils ramène sa boite à jouer, il n’est pas puni. Que les temps ont changé en 29 ans.
  3. A 12 ans, j’ai versé mes premières larmes à cause d’un garçon, non pas que j’avais le béguin mais parce qu’on a voulu me faire croire que j’avais le béguin pour ce garçon et comme je ne savais pas me défendre. Je pleurais
  4. A 13 ans j’ai dansé pour la première fois avec un garçon sur la chanson de Tragédie, Eternellement.
  5. A 14 ans, En voyage scolaire, nous sommes allés en Espagne. Je me souviens qu’un garçon m’avait écrit quelque chose sur le cahier de souvenir de voyage, genre « Je t’aime ». C’est la première fois qu’un garçon me le disait. Moi, j’avais répondu : Moi non plus. Est-ce que je l’avais vexé. Je ne sais pas. Mais si j’ai répondu cela, c’est que je le ressentais vraiment. Peut-être je croyais avoir le béguin pour lui mais finalement, ce n’était pas le cas.
  6. La première bête dont j’ai eu réellement peur dans mes souvenirs, c’était à la Réunion et c’était un caméléon.

Et vous, quelles sont vos souvenirs d’enfance qui vous ont le plus marqué et pourquoi ? 

Petit rituel pour alléger l’intensité d’un souvenir : fermer les yeux, respirer trois fois, poser sa main sur le cœur, en étant conscient des battements de votre cœur et du mouvement de toute la vie en vous et autour de vous, dire trois fois merci. 

Elevez vos âmes et déployez vos ailes, Papillons !

Vous êtes des Lumières,

Merci de me lire,

Créativement et spirituellement Vôtre, 

Christina Jaka 

  • Vous pouvez suivre mes activités de blog sur ses autres réseaux sociaux :
  • YouTube : Christina Jaka