Développement créatif

Folies créatives

Devenir créatif c’est avoir un peu de folie en soi.

Quand on aime tout ce qui est créatif, on est attiré par les couleurs, les formes … tout ce qui est beau. Tout ce qui  brille.

Quand j’ai commencé ma quête créative, j’ai feuilleté des dizaines de magazines, acheté des dizaines de livres de dessins et de coloriages englobant ceux de mon fils et de moi. J’en passe.

Beaucoup n’ont pas été entamé et d’autres pas terminé.

Dans cet article, je vous présente la liste que je considère comme des « folies créatives ».

Cet article a pour but de rassurer les personnes qui débutent dans leur quête créative, les artistes ou les passionnés des pratiques créatives qui culpabiliseraient d’avoir dépensé peut-être des centaines d’euros pour (enfin) trouver leur passion.

Pourquoi folies créatives ?

Souvent, ces pratiques ont pour but de trouver l’inspiration ou faire du collage pour décorer notre journal créatif.

Parfois, on a juste envie de découvrir une nouvelle pratique pendant quelques temps sans pour autant approfondir cette pratique par la suite.

J’appelle ces habitudes des folies car parfois je me demande si parfois ce ne serait pas des choses qu’on ferait par pulsion et qu’il serait plus judicieux de se limiter et se contenter de ce qu’on a.

Heureusement que les folies créatives ne sont pas toutes payantes. Oui car à notre grande surprise, beaucoup sont gratuites (ou presque).

Alors on voit cela ensemble ! C’est parti !

La liste de mes folies créatives

Les folies créatives qui coûtent notre portefeuille :

  • Collectionner les papiers dans les magazines d’art et de loisirs créatifs.
  • Collectionner les papiers en couleurs et à motifs dans les magazines.
  • S’offrir des livres d’art, de dessins et de coloriages.
  • Collectionner les tickets de nos sorties (cinéma, spectacles, concerts, match).
  • Garder les fèves de la galette des rois.
  • Collectionner les carnets créatifs – On en a déjà mais on en veut encore, toujours plus.
  • S’inscrire à des ateliers pour découvrir une pratique artistique ou créative.
  • S’offrir des pelotes de laines pour tricoter et parfois pour autres choses
  • Etre tenté d’apprendre une nouvelle pratique créative, se procurer le matériel nécessaire et le laisser prendre la poussière dans mes bacs de rangements.
  •  

Les folies créatives (presque) gratuites :

  • Collectionner les cartes postales qu’on nous a donné car beaucoup de personnes n’écrivent plus des cartes seulement que très occasionnellement. Vous les utilisez ou sinon, elles restent dans une jolie boite.
  • Ramasser des feuilles et des fleurs en se promenant.
  • Garder les dessins de vos enfants.
  • Prendre systématiquement quelques jolies petites images exposées sur les étagères à l’entrée d’un musée pour lesquelles on a eu le coup de cœur.
  • Prendre des photos.
  • Collectionner les galets ramassés à la plage ou les pierres pendant les promenades.
  • Regardes des vidéos artistiques et créatifs sur YouTube.
  • Épingler des jolies images sur Pinterest.

Et vous, quelles sont vos folies créatives ?

En tous cas, j’espère que mon article vous a rassuré. Non, vous n’êtes pas seuls à être un peu … fou et à aimer tout ce qui est beau et tout ce qui brille.

Vous êtes vous-même une brillante lumière. Préservez cette graine de folie créative car en fin de compte, elle vous fait du bien.

Avec tout mon amour,

Déployez vos ailes et envolez-vous, Papillons !

Créativement vôtre,

Christina Jaka

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :

  • Page facebook de mon blog : christina jaka
  • YouTube : Christina Jaka
  • Pinterest : Christina Jaka
Développement créatif

Des mots d’hiver

Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi, un invincible été. Albert Camus.

Je continue la route de mon blog créatif avec l’envie de partager quelques mots à propos de ce que m’inspire l’hiver.

Les saisons nous racontent beaucoup d’histoires si seulement, nous voulons bien les écouter et surtout elles nous montrent aussi des signes par la nature, par les animaux, par nos rencontres, par nos envies si seulement, nous voulons bien ouvrir les yeux.

Oui, les saisons parlent. Et voyons dans cette article ce que l’hiver a bien à nous dire.

HIVER

Voici la liste des différentes choses (fêtes, couleurs, etc) que l’hiver peut offrir de bons à tous si nous voulons bien les reconnaître.

  1. En hiver, il y a Noël, le jour où nous ouvrons impatiemment les cadeaux tant souhaités de la part du « Père Noël ». La fête de Noël commence quatre ou cinq jours après le début de l’hiver, donc c’est la première fête de la saison. Comme quoi, l’hiver nous gâte dès ces premiers jours.

2. En hiver, nous aimons aussi l’arbre de Noël, n’est ce pas ? Quand nous sommes accueillis chez des gens ou quand nous accueillons, c’est la première chose sur lequel nous nous focalisons. « Oh, ton sapin, il est trop beau, wouah, j’adore la déco, c’est toi qui les as faites ? » etc.

240_F_127960449_GGJnYkfkB8gBzI1z5YJdydX3m04Hbeni.jpg

3. En hiver, la seule chose que nous espérons faire mais que malheureusement nous ne pouvons pas faire entant qu’être humain aimant être entourée et bouger, c’est hiberner. Oh, je viens juste d’y penser, ce sera ma prochaine commande au Père Noël.


4. En hiver, nous aimons danser et le jour de la St Sylvestre est là pour l’occasion du Nouvel An… en attendant les feux d’artifices. Alors, on danse !


5. En hiver, nous aimons organiser nos vacances au ski. Certainement. Et nous aimons aussi raconter nos vacances à la montagne. On s’entend. Bon pour ma part, je rêve encore de ce jour.


6. En hiver, il y a ce bonhomme de neige que nous rêvons de faire mais que nous ne pouvons pas faire quand on vit dans un pays ou dans une région où il neige rarement.

240_F_58291531_Gbiprm0gDCyO7I3kX1UG9LGLzb9dLQzR.jpg

7. En hiver, il y a cette soupe du soir qui nous réchauffe et nous console pendant nos soirées en solitude. Et il y a aussi ce thé, ce chocolat chaud et ce café que nous aimons boire seule ou en bonne compagnie, devant un bon bouquin, dans un salon de thé ou chez soi.


8. En hiver, on aime se procurer une jolie plante qu’on aime voir pousser si magnifiquement dans sa salle de séjour. Cette plante c’est la Jacinthe, bien sûre.

240_F_72371075_cU6qWncJJWHjXCplWGIqiLgOr0J3Hpvk

9. En hiver, nous nous excitons d’émotions devant les films de Noël. Les seules histoires qui nous fassent rêver de la magie de Noël.

240_F_125580621_QvOzWjRoesJlKfxuPyaayGcTRERr4rxK

10. En hiver, on aime les chansons de Noël. « Les anges dans nos campagnes ont entonné l’hymne des cieux, et l’écho de nos montagnes redit ce chant mélodieux…Gloria in excelsis Deo « 


11. En hiver, on dépense beaucoup. Après les fêtes de fin d’année pendant lesquelles on a beaucoup fait plaisir, nous avons le droit à la période des soldes durant laquelle, nous pouvons maintenant nous faire plaisir… pour moins cher.


12. En hiver, on aime tellement les fêtes et surtout manger … Miam, miam !


13. Et puis en hiver, il y a la fête des amoureux, la Saint Valentin. Alerte rouge : Il se peut qu’on (re) tombe amoureux. Alors, grâce au froid, profitons de nous réchauffer, dansons et chantons sous la pluie, et sortons notre plus joli sourire de lumière dans les journées sombres de l’hiver.


14. En ce qui me concerne, l’hiver, c’était et c’est pour l’essentiel :

  • la naissance de mon fils
  • l’anniversaire de mariage de mes parents
  • l’anniversaire de baptême de mon fils qui tombe le même jour que l’anniversaire de mon papi
  • l’anniversaire de mon père et de ma mère
  • mon anniversaire aussi parfois. Le 19 mars peut tomber en hiver comme peut être le début du printemps.

Pendant longtemps, je réprimandais cette saison et je l’accusais de tous mes maux de la vie (maladie, impossibilité de voir du monde aussi facilement que les jours ensoleillés, manque de sport, baisse de morale…).

Maintenant, je reconnais que l’hiver m’a apporté et m’apporte en fait toujours plein, plein de cadeaux (de nouveaux désirs, de nouveaux buts, de nouvelles rencontres, de fortes amitiés qui se forgent…).

Malheureusement, ce n’est pas facile de toujours garder et d’exprimer son enthousiasme quand on est couvert par des gros pulls et par un gros manteau et quand on est tellement frileux ou frileuse qu’on tremble et qu’on se crispe à la moindre sensation de froid, pas évident non plus d’exposer son plus joli sourire quand notre visage est couvert par la capuche, le bonnet et par l’écharpe.

Et je ne parle pas de la pluie qui flotte bruyamment et ne nous donne pas envie de sortir…pour profiter joyeusement de ce rendez-vous amical tant attendu.

Un hiver festive à toute épreuve donc. Malgré tout LA question se pose quand même :

Est ce que j’aime l’hiver maintenant ? Bien sûre que j’aime l’hiver. Comme chaque saison, elle apporte sa personnalité, sa petite touche de couleurs et elle est unique. Elle est belle.

Mais le printemps reste ma saison préférée, quoique je puisse changer d’avis après tout ce que viens de citer. 🙂

Choisir l’hiver à la place de n’importe quelle saison pour :

  • son côté festif,
  • pour son côté qui respire la fraîcheur et la pureté et
  • pour ses couleurs enchantées et lumineuses.

Et vous, qu’est ce que vous inspire cette frileuse saison et est ce que vous aimez l’hiver ?

Je vous souhaite de passer une chaleureuse et agréable saison d’hiver, superbes papillons !

Créativement vôtre,

Christina Jaka

  • YouTube : la chaine d’une maman créative et testeuse – Des vidéos ludiques et créatives avec mon fils Ryan et des conseils en art et en créativité

Projet Tutobox

  • Pinterest : les tableaux inspirent d’une maman créative et testeuse
  • Facebook : @christinajka
Développement créatif

La liste de mes erreurs de débutants dans la blogosphère

La créativité implique de briser les conventions afin de regarder les choses sous un jour nouveau. EDWARD DE BONO

Chers camarades créatifs,

Je ne suis pas parfaite et je ne suis pas ici dans le but de devenir la plus parfaite des blogueuses. D’ailleurs, au point où j’en suis, la perfection, je la mets de côté. Je trouve ce mot complexe et superficiel.

Je vous annonce très fièrement que comme tout le monde, je fais des erreurs. Peut-être qu’ici même dans cet article, il y en a. Il y en aura toujours.

J’ai finis par accepter les erreurs. Les erreurs m’ont appris à avoir confiance en moi, à avancer telle que je suis non comme les autres voudraient que je sois.

Ici, j’assume les erreurs que j’ai faite quand j’ai débuté dans le blogging. Être débutant, c’est la meilleure période pour faire des erreurs car les gens sont plus indulgents par contre quand on acquiert de l’expérience, les gens guettent plus nos erreurs et auront plus tendance à nous vouloir facilement.

Mais nous le savons tous. Les erreurs font partie du chemin. Si on ne fait pas d’erreurs cela signifie que l’on a rien appris et qu’on a rien fait.

Alors continuons à faire des erreurs, ça fait du bien.

LA LISTE 

1/ S’éparpiller : Créer des comptes à-tout-va et partager partout sans vraiment rien partager finalement

2/ La (mauvaise) organisation : J’écris un article ici, un autre là-bas et je verrai bien si j’écrirais celui-là.

3/ Ne pas savoir : Beaucoup aiment connaître ce que vous êtes, ce que vous aimez, ce que vous faites, ce que vous pouvez faire pour eux. Si vous ne savez pas, cela se verra, se ressentira et on ne s’intéressera pas facilement à vous.

4/ « Tu veux ou tu veux pas » : Ouvrir un blog, c’est avoir une idée ou plein d’idées dans la tête et un jour on réalise qu’on n’arrive pas vraiment à gérer la situation alors on se remet en question. Au fait, pourquoi j’ai voulu ouvrir un blog ?

5/ Dire à tout le monde surtout à ceux qui s’en fichent : « Super, tu fais quelque chose, ça te passionne. » Malheureusement, tout le monde autour de toi semble en avoir rien à faire et même te regarde comme si tu perdais ton temps et ce monde voudrait te dire « mais tu te prends pour qui ? Tu prends tes rêves pour une réalité ? », et plein de méchancetés… Méchancetés selon toi, évidemment, car selon eux, ils disent ces choses-là pour ton bien. Alors, quand on commence quelque chose, on a deux solutions soit le garder pour soi en attendant que ceux qui ont le même centre d’intérêt viennent vers toi soit « sortir de chez soi » et provoquer des rencontres dans le domaine qui nous intéresse.

6/ Penser à l’avis des autres : La mauvaise manie que j’ai prise c’est de regarder si j’ai reçu des « j’aime » et des commentaires. Et même si j’en recevais, je n’étais pas satisfaite car j’en voulais plus, toujours plus, et quand je n’en recevais pas plus, j’étais déçue. Et puis, j’étais souvent tentée d’arrêter. Certes, l’opinion des autres est importante pour les futurs projets de notre activité mais pas pour avoir une occasion de vanter son ego.

7/ Être négatif : Malheureusement dans le domaine créatif, on est confronté à la concurrence, des stéréotypes et des jugements. C’est très facile de tomber dans la négation et difficile de préserver la positive attitude. Normalement quand on a bien travaillé sur soi, quand on est hautement passionné, quand on a trouvé son Ikigai, normalement, je dis bien normalement, nous surmontons assez facilement les baisses de morale. Il faut relativiser.

8/ Vouloir aller trop vite : Le début est dure. C’est dure de se dire que l’on est débutant et que d’autres sont expert. C’est dure surtout quand on est à un âge avancé et quand on pense être en retard parce qu’on voit des gens plus jeunes que nous qui ont bien avancé. Erreur, erreur. Eviter d’avoir des complexes, si possible et de vous comparer aux autres. Nous sommes tous uniques. Nous avons tous des différences. Nos chemins se croisent mais notre parcours est différent. Cela ne sert à rien de vouloir rattraper celui qui est devant si c’est pour nous faire du mal. Respecter votre rythme de travail, de progression. On vous respectera surtout pour votre détermination.

9/ Changer d’avis : C’est le changement d’avis que je cite non le changement. Je suis pour « le changement ». Il est bon de changer. Quand on progresse, on passe à un autre niveau de conscience, on rencontre de nouvelles personnes, on fait de nouvelles choses, on pratique différemment certaines choses. Bref, c’est normal de changer. Par contre, dans le changement d’avis, je reste sceptique. Etant donné que je m’y connais dans le domaine, j’ai fini par réaliser que cela peut perturber notre progression. Réellement PERTURBER. Non seulement, cela perturbe notre réalisation personnelle mais aussi notre entourage. Il faut réellement apprendre à se discipliner. Fixez-vous des objectifs, adoptez des rituels positifs, trouvez votre Ikigai, commencez et continuez.

Vous êtes des lumières !

Déployez-vos ailes et envolez-vous, Papillons !

Créativement Vôtre,

Christina Jaka

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux :

Chaîne créative, ludique et familiale

La TutoBox de la Bibliothèque de Rouen

  • Pinterest – les tableaux d’une maman créative et testeuse
  • Page Facebook – Christina Jaka (Art & Créativité / La Vie d’une maman créative et testeuse / Développement Personnel – Pour être au courant des événements et des publications récentes)

Photo de Isabella Mariana provenant de Pexels

Développement créatif

Mon aventure « Blogosphérique » – Mes 15 prises de conscience

Ne pensez pas. La pensée est l’ennemie de la créativité…Vous ne pouvez pas essayer de faire les choses. Vous devez simplement faire ces choses. Ray Bradbury.

Chers camarades créatifs,

Il y a quelques jours, je fêtais les deux ans de mon aventure dans le monde de la blogosphère.

J’ai fait la liste de toutes les choses que j’ai pris conscience depuis ces deux dernières années d’expérience dans le blogging que je vous partage avec vous aujourd’hui.

Prise de conscience d’une nana créative

1 – Pourquoi écrire compliqué si on peut écrire simple ?

2 – Être ou ne pas être blogueur, telle est la question ?

3 – Tous les blogueurs ne sont pas écrivains. Néanmoins beaucoup aiment écrire et ont des centres d’intérêt qu’ils aimeraient défendre auprès d’une audience plus large hors du contexte personnel.

4 – Quand on aime, on partage ou on donne ou les deux. De toute façon, au bout d’un moment on distingue la nuance entre la solitude physique et la solitude d’esprit.

5 – Non ! Les blogueurs ne font pas que partager leurs états d’âmes.

6 – Étonnement je découvre que les blogueurs ne sont pas accro aux réseaux sociaux. Ils y sont pour la plupart de leur temps pour leur passion. Si je me trompe faites-le moi savoir. Pour ma part, je me connecte uniquement pour mon blog et pour partager avec mon audience à travers les autres réseaux sociaux. Et évidemment pour répondre aux messages personnels.

7 – On n’assume jamais vraiment en dehors de la blogosphère que l’on blogue parce que la majorité de la population voit cette activité comme un loisir. C’est dommage de ne pas être pleinement ouvert à ce que l’autre fait car on empêche l’autre de s’ouvrir pleinement aussi.

8 – Pour bloguer sur un ou des sujets qui nous passionnent, je réalise qu’il y 80% du temps que l’on consacre au travail personnel et les 20 % sera consacré aux autres. Par exemple, il y a le temps qu’on passe de la documentation (60 %), à l’écriture du brouillon (15 %) et à la rédaction de l’article (5%).

9 – J’ai beaucoup regardé des conseils sur internet sur « comment devenir blogueur ? ». Avec du recul, je réalise que les seuls meilleurs conseils qu’on puisse nous donner, ce sont ces trois :  avoir une passion, vouloir partager et commencer à prendre son courage à deux mains et écrire son premier article.

10 – Le plus dure dans le blogging, c’est d’être amateur ou débutant. Entant que blogueur amateur ou débutant avec une expérience de moins de trois ans, on a certaines tendances à avoir des attentes superficielles comme recevoir rapidement « les mille abonnés, les commentaires et les j’aime ». J’exagère mais avec un peu de recul, je réalise que c’est en continuant notre travail qu’on finira un jour par démontrer aux autres que « l’on vaut la peine ».

11 – Être assidu, concentré, régulier et persévérant. Aimez-vous ces mots ? Moi, en vérité, je n’en suis pas vraiment fan. Pourquoi ? Parce que ce sont les qualités les plus dures à développer quand on veut réussir dans un domaine. En particulier, dans le blogging. Malheureusement, on nous le confirmera jusqu’à ce que cela se fige dans nos tripes que peu importe le corps de métiers, d’activités dans lequel on fait partie, aimer ne suffit pas.

12 – Vous aurez beau dire à tous vos amis par Facebook, Instagram, ou Mail que vous bloguez, il y en aura pour sûre cinq personnes de toutes vos connaissances qui y fera peut-être vraiment attention et une, peut-être qui vous lira « de temps en temps » quand elle aura le temps. J’ai encore beaucoup de choses à analyser mais c’est quelque chose d’assez frustrant de réaliser que très peu de personnes si ce n’est personne ne vous prendra jamais au sérieux.

13 – Travailler « dure ». Le mot « dure » est un terme tellement relatif et cela dépend de l’état d’esprit de chaque personne. Personnellement, je n’ai pas réellement travaillé dur sur mon blog ces derniers temps, cependant, je ne considère pas avoir moins travailler sur mon blog. Je pense que nous devons faire ce qu’on peut faire avec les moyens que l’on a. Il ne faut absolument pas rentrer dans des normes extravagantes pour être bien vu. Le domaine de la blogosphère est à mon goût est un domaine créatif. Afin que tout se passe bien, il faut pouvoir lâcher prise et respecter son rythme.

14 – La bienveillance et l’indulgence envers le travail des autres et envers soi-même. Même si nous avons une passion commune, chaque blogueur a commencé leur blog avec une histoire unique. Nous n’avons pas de parcours similaire. Il est important d’accepter que chacun avance à son rythme. Il n’y a pas de plus ou moins rapide que soi. Il n’y a pas non plus de plus ou moins chanceux que soi.

15 – Authenticité, simplicité et solidarité. Ce sont les trois mots que je retiens en terminant ma liste.

L’authenticité est une qualité. Il faudrait que chacun de nous soi fière d’être soi et puisse être assez courageux pour son style et l’exprimer.

On ne le dira jamais assez. Soyez simplement vous. Cela devra être simple à comprendre.

Finalement, c’est en bloguant qu’on devient blogueur.

Ces deux années d’expériences de blogging ont été pour moi un défi important dans mon développement personnel et dans l’évolution de ma créativité.

J’ai pu développer un état d’humilité face à ce monde. J’ai appris que nous sommes face à un seul dilemme c’est de devenir la meilleure version de soi-même. On se compare moins aux autres et on grandit librement sans mettre d’entraves à notre créativité.

Déployez vos ailes et envolez-vous, Papillons !

Vous êtes Lumière, souvenez-vous-en !

Christina Jaka

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux :

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux :

Chaîne créative, ludique et familiale

La TutoBox de la Bibliothèque de Rouen

  • Pinterest – Mes meilleurs tableaux de maman créative et testeuse
  • Page Facebook : Christina Jaka  (Art & Créativité / La Vie d’une maman créative et testeuse / Développement Personnel – Pour être au courant des événements et des publications récentes)
Développement créatif

Comment apprendre à dessiner ?

Vous pensez ne pas savoir dessiner ? Vous ne trouvez pas les moyens de dessiner ?

Dans cet article, à travers le récit de mon expérience, des conseils et des astuces, je vais vous prouver que l’on peut apprendre à dessiner et trouver les moyens de dessiner peu importe le moment de votre vie et l’âge que vous avez. J’espère qu’à la fin de la lecture je vous aurais donné envie de dessiner.

Mon expérience 

Je connais ce sentiment de vouloir commencer à apprendre quelque chose mais on pense qu’on y arrivera jamais, que c’est compliqué, que l’on est pas fait pour ça, et on peut trouver pleins d’excuses de ce genre et ne jamais commencer.

Quand j’étais plus jeune, je dessinais comme tous les enfants mais je dessinais suffisamment mal « à mon goût » pour n’avoir voulu pas continuer. Pour ceux qui ont bien avancé aujourd’hui me rétorqueront que c’était une malheureuse erreur d’avoir cette pensée.

Dans mes souvenirs les plus clairs, les deux personnes m’ayant donné le goût du dessin étaient ma mère et mon frère. Plus particulièrement mon frère. Il s’était fourni tout un petit kit pour apprendre à dessiner le manga et puis c’était le genre d’élève à dessiner en cours quand il s’ennuyait. Je trouvais que mon frère dessinait très bien. J’ai compris maintenant qu’il avait appris. Evidemment, allez-vous m’affirmer.

Mes débuts 

J’ai commencé à apprendre à dessiner en 2017. A cette époque, j’étais abonnée à deux magazines Respire et Flow Magazine. Dans le magazine Respire, il y avait un article qui traitait du « dessin en pleine conscience ». Il présentait le Zentangle et les motifs Scandinaves. Dans une autre page, il permettait de pratiquer en recopiant sur des modèles. C’est ce que j’ai fait. Et depuis, j’ai continué. Au début, j’ai détesté mes réalisations. Je les trouvais les traits mal alignés, les ronds ressemblaient à patates, bref, je tremblais.

Mandala
Photo de Dids provenant de Pexels

J’étais dans un grand travail de développement personnel, je me lançais pas mal de défi. Quand j’ai rencontré le Zentangle, cela m’a permis de me détendre tout en apprenant à dessiner.

J’ai aimé dessiner à partir du moment où j’ai découvert que je pouvais dessiner hors du cadre scolaire. J’ai, et j’ose le dire, eu le coup de foudre avec le concept de pouvoir dessiner en pleine conscience et dans toutes les formes. Je trouve amusant d’ajouter des couleurs selon nos envies et nos émotions du moment.

yellow-pencil-color-in-clear-glass-case-230514
Photo de Miguel Á. Padriñán provenant de Pexels

Quelques conseils pour se motiver à apprendre à dessiner

  • Lorsque l’envie de dessiner vous ronge. Commencez. Le seul moyen de savoir si c’est ce dont vous avez besoin pour vous détendre ou c’est votre vocation, je ne le saurai pas à votre place, c’est de commencer.
  • Visiter les expositions qui vous plaisent au musée ou ailleurs pour vous inspirer et apprendre à contempler d’autres œuvres. Renseignez-vous sur les expositions organisées dans votre ville.
  • Inscrivez-vous dans des cours et/ou ateliers artistiques en vous renseignant bien si les ateliers s’organisent comme à l’école d’art ou en toute liberté, c’est-à-dire que vous pourrez créer ce que vous voudrez.
  • Fournissez-vous des bouquins du style de dessins que vous voulez apprendre. Par exemple, des livres sur le portrait, sur les Manga, sur les Doodle, sur les Kawaï, sur les motifs géométriques, sur les Mandala, et j’imagine que l’on peut trouver toutes sortes de styles de dessins. A vous de réveiller votre curiosité en vous déplaçant à la bibliothèque, chez les libraires ou au kiosque du quartier.
blur-book-child-color-pencils-179747
Photo de Miguel Á. Padriñán provenant de Pexels

L’état d’esprit à lâcher petit à petit lorsqu’on veut apprendre une discipline créative :

  • Surtout, ne vous comparez pas aux autres.
  • Ne soyez pas désespéré à la moindre erreurs. Recommencez. C’est en faisant qu’on apprend et qu’on s’améliore.
doodle-comic-art-sketch-16516

Comment conserver le moral quand on complexe quand on ne se sent pas  à la hauteur ?

  • Soyez patient et persévérant car acquérir un état d’esprit créatif n’est pas le chemin le plus facile qui nous ai appelé à traverser.
  • Munissez-vous d’un message positif que vous aurez écrit sur un petit post-it, encadré joliment ou d’un carnet à affirmations positives pour élever votre moral. Pensez-y chaque fois et croyez-y fort !

Surtout souvenez-vous : Vous êtes Lumière !

Déployez vos ailes et envolez-vous, Papillons !

Créativement vôtre,

Christina Jaka,

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux :

  • YouTube – Christina Jaka- Chaîne familiale, ludique et créative

La TutoBox de la Bibliothèque de Rouen

  • Plus d’inspiration avec Pinterest : Christina Jaka
  • Ma page Facebook : Christina Jaka

Source photo : Créateurs sur Pexels

Photos mise en avant :  de Dzenina Lukac provenant de Pexels

Citations·Développement créatif

Citations & proverbes du mois de Janvier 2020

FLOW 2020

« Un grand cri dans la nuit, lorsqu’on voit une petite souris ? Un totem ? Une bougie ?  Ou alors une idée pour illuminer l’esprit. »  – Alphabet, Sonia Delaunay

red-lighted-candle-714898

« A la naissance d’un enfant, si sa mère demandait à sa bonne fée de le doter du cadeau le plus utile pour lui, ce cadeau serait la curiosité. » – Eleonor Roosevelt, première dame des Etats-Unis (1884-1962)

baby-sleeping-in-a-basket-and-a-round-feather-surrounding-34763

« Là où l’on s ‘aime, il ne fait jamais nuit. » – proverbe africain 

affection-afterglow-backlit-blur-556667

« Nous savons ce que nous sommes, mais nous ignorons ce que nous pourrions être. »- William Shakespeare (1564-1616)

photo-of-person-standing-on-temple-2659475

« J’aime la vie ! Je sens que vivre est une chose merveilleuse. »- Coco Chanel (1883-1971)

blur-close-up-focus-ground-401213

« Pas besoin de voir tout l’escalier, commencez simplement par la première marche. » -Martin Luther King (1929-1968)

spiral-staircase-1102913

« Au milieu de l’hiver j’apprenais enfin qu’il y avait en moi un été invincible. » – L’été, Albert Camus 

ball-ball-shaped-blur-bubble-302743

« Je ne serais pas célèbre ou grande. Je continuerai à être aventurière, à changer, à suivre mon esprit et mes yeux, refusant d’être étiquetée et stéréotypée. L’affaire est de se libérer soi-même : Trouver ses vraies dimensions, ne pas se laisser gêner. » – Journal d’un écrivain, Virginia Woolf

woman-wearing-grey-long-sleeved-top-photography-1122868.jpg

« Je me demande si je ne suis pas entrain de jouer avec les mots. Et si les mots étaient faits pour ça ? » – Les Bâtisseurs d’empire, Boris Vian 

words-poster-5860.jpg

« Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur, et rien d’autre. » Poésie ininterrompue, Paul Eluard

scenic-view-of-night-sky-with-stars-1487009.jpg

« L’optimisme est une attitude qu’on peut développer. » – René Gude, philosophe et  écrivain néerlandais (1957-2015)

afterglow-art-backlit-birds-556669.jpg

« Le bonheur arrive à ceux qui rient. » – Proverbe Japonais

attention-caution-danger-forbidden-264196.jpg

« N’ayez jamais peur de la vie, n’ayez jamais peur de l’aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée. Partez, allez conquérir d’autres espaces, d’autres espérances. Le reste vous sera donné de surcroît » – Les Secrets de la mer Rouge, Henry de Monfreid.

person-standing-on-grass-field-while-opening-hands-1583582.jpg

Sources photos : créateurs sur Pexels.com

Grâce à la dernière parution de Flow Magazine de l’année dernière, j’ai eu le droit à un livret type calendrier dans le magazine. Flow Magazine est ma revue préférée. C’est le top. Ici je vous partage les citations du mois de janvier. J’espère qu’ils vous inspireront et vous motiveront comme ils m’inspirent et me motivent. Quoi de mieux pour retrouver l’énergie après ces fêtes gourmands et fatigantes.

Vous êtes Lumière,

Merci ❤

Déployez-vos ailes et envolez-vous,

Créativement vôtre,

Christina Jaka.

Retrouvez moi aussi sur :

YouTube – Christina Jaka  – Chaîne de famille, ludique et créative

Pinterest : Christina Jaka

Développement créatif

Joyeux Blog’anniversaire 2019

Deux ans plus tard.

Je n’ai pas échoué. J’ai simplement trouvé 10 000 solutions qui ne fonctionnent pas. – Thomas Edison (inventeur de l’ampoule électrique)

wood-light-creative-space-68562

Mes chers camarades blogueurs et lumières créatives,

Je me retrouve devant cette page blanche.

Comme si j’en étais encore au début où tout était encore à réécrire.

L’envie d’écrire me ronge mais je suis démunie de toute inspiration.

Que pourrais-je bien vous raconter ? Que pourrais-je bien écrire de créatif ?

Mais finalement, je me lance.

Dans cet article, je souhaite partager une expérience de vie créative. Et c’est la mienne.

  • Le début : comment commencer quand on est complètement novice ? aerial-photography-of-zig-zag-road-1612462

Je ne sais pas comment ni où cette route va me mener. Un jour, j’ai eu vraiment envie de commencer et j’ai juste démarré.

Il y a deux ans que je commençais à créer mes premiers articles de blogs et à les publier, en parallèle de ma chaîne YouTube et les réseaux sociaux.

J’avais envie de partager. D’une façon ou d’une autre, il fallait que j’assouvisse cette envie d’écrire et de dire ce que j’avais à dire au monde. Quitte à ne pas être lu ni remarqué. Peut-être qu’un jour cela se fera mais je devais commencer. Et recommencer.

Pendant cette période, je réalisais que je me mettais une pression de gérer plusieurs blogs en plus d’une chaîne YouTube. Et je remarquais que même si ce que je publiais me passionnais, cela ne pouvait pas toucher beaucoup de monde car j’entassais.

En réalisant cette erreur, je m’étais dit « dommage ».

Mais je n’avais pas l’intention de m’arrêter.

La solution la plus efficace quand on ouvre les yeux après une erreur, c’est de rebondir.

Le rebondissement ne consiste pas à persister mais à trouver une solution alternative pour nous remettre en question plus sereinement.

Comment j’ai rebondi ? J’ai cliqué sur pause et je suis allée voir ailleurs. Tout simplement.

  • Continuer : comment trouver le courage d’avancer vers sa vision quand on se retrouve dans un capharnaüm créatif ?
black-and-white-concept-2448499

Oser cliquer sur pause est aussi dure que de commencer.

Quand on commence à se lancer dans la construction d’un projet, parfois on se retrouve au milieu d’un bain d’océan. On assume difficilement que le repos et la remise en question est nécessaire et parfois un petit retour en arrière est tout aussi essentiel.

Le fait d’avoir beaucoup avancer nous fait penser que faire une pause c’est un peu comme le début de l’abandon.

Est-ce que c’est vrai ? Qu’est-ce qui nous fait dire qu’on abandonne ? Au bout de combien de temps sans publier un article sur notre blog pouvons-nous parler d’abandon ? Est-ce que publier moins signifie le début de l’abandon ?

En 2018, j’ai cliqué sur pause après une année 2017 acharnée insignificative – oui, j’ose le dire – sur les réseaux sociaux.

J’ai continué à publier de temps en temps mais je sentais au fond de moi qu’il y avait quelque chose qui me manquait, une part de moi que j’oppressais, ou que j’oubliais de dévoiler.

J’allais partout et nulle part. Dans cette situation, la créativité devient malsaine.

J’ai dû faire le tri et le rangement dans mon esprit. Oublier les multiples partages inutiles et insignifiants sur les réseaux sociaux. Travailler et me concentrer sur la simplicité et sur mon épanouissement personnel. Créer pour moi et pour personne d’autres.

  • Raconter une histoire : simplement la mienne et pas celle des autres. 
yellow-and-brown-textile-3074653

Pour finir l’année 2019, je réalise que ma créativité et ma passion artistique évoluent.

Je me sens plus en confiance pour présenter mon travail artistique. Intégrer un groupe créatif me permet de réaliser l’importance de mon travail. Je me sens plus encouragée par mon entourage. Je me mets à faire miraculeusement des rencontres enrichissantes sur lesquelles je peux m’appuyer car elles sont passionnées par les mêmes domaines que moi.

Dans cette situation, j’ai une histoire signifiante à raconter et je reste authentique. Je suis tout simplement moi-même.

Créativement vôtre,

Christina Jaka,

Déployez vos ailes et envolez-vous, Papillons !

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux : 

  • YouTube – Christina Jaka

Les TuTobox Ludiques et Créatifs avec la bibliothèque de Rouen –

défis·Développement créatif

Vers une année créative ?

La naïveté est la caractéristique principale du génie. – Johann Wolfang von Goethe

La créativité, c’est facile. Faux ! Je t’en donne la preuve.

Chers camarades blogueurs et lumière de la créativité,

Voici qu’une année s’achève dans quelques jours.

Je nous vois déjà devant nos carnets entrain de lister tous nos souhaits pour l’année qui arrivent et oublier tous ceux qu’on a réalisé cette année.

A mon avis avant de passer à une étape, il est important de faire un petit récapitulatif de gratitudes, de réussites, d’actions à améliorer, de projets à revoir, etc avant de se lancer vers cinquante mille nouveaux projets qu’on ne réussira de nouveau pas à gérer.

En ce qui me concerne, je suis comme beaucoup parmi vous, j’ai reçu l’appel en ce jour d’écrire ce blog pour vous partager quelques-uns de mes conseils pour devenir créatif.

Dans mon blog, je présenterai essentiellement des articles liés à la créativité artistique mais ces conseils sont tout autant ouverts pour ceux qui sont en dehors du domaine artistique.

Mon point de vue est que la créativité est un domaine très large et ne s’enferme pas uniquement dans l’art (peinture, dessin, etc.).

Devenir créatif, selon moi, est un travail quotidien, assez éprouvant mais qui en vaut le coup.

Pour devenir créatif, il faut tout d’abord avoir pris en compte l’importance de « tester ».

La créativité nécessite de sortir de sa Zone de Confort et d’être souvent Mal A l’aise. Et j’insiste sur le fait d’être mal à l’aise car lorsque l’on devient créatif, on sera souvent confronté par des personnes qui nous mettront à l’épreuve face à notre ego. Elles nous poseront des questions qui nous feront souvent remettre en question, elles nous donneront souvent l’impression d’être « bizarre, atypique, étrange » et pas dans la norme ayant le droit de penser comme on veut et d’être comme on est tout simplement.

Beaucoup de personnes ne chercheront pas à connaître notre évolution, le changement important de notre vie, beaucoup sont dans l’habitude du train-train quotidien et pensent que tout le monde est pareil.

Il est souvent important quand on décide de devenir une personne créative et quand on le devient, de prendre du recul et d’analyser soi-même sa propre évolution.

A travers ces conseils, je vous souhaite de prendre conscience de la décision que vous êtes peut-être entrain d’imprégner dans votre esprit.

De loin, elle a l’air d’être facile à prendre mais de près pas facile à assumer tous les jours.

Apprendre à se connaître et rebondir face aux échecs sont les deux fondamentaux pour parcourir le chemin de la créativité. 


Je voudrais devenir créatif mais je ne sais pas par où ni comment commencer.

Quelques étapes à respecter pour devenir créatif :

  1. prendre un stylo et un carnet ou cahier neuf ou ancien mais vide.
  2. écrire tout ce qu’on pense connaître sur soi depuis les dix dernières années : nos expériences, nos rêves, nos projets réalisés ou non, les choses pour lesquelles on peut être reconnaissant à ce jour (famille, amis, situation social (argent, travail, etc.)
  3. faire une liste de nos passions. Une liste de dix passions suffira. Numéroter cette liste du plus favoris au moins favoris. Parmi les trois premiers…
  4. se rendre dans une bibliothèque, ludothèque, médiathèque, peu importe près de chez soi et emprunter un livre traitant sur les sujets quelconques qui nous intéressent. Et quitte à se forcer, prendre le temps de lire ou de feuilleter ce livre jusqu’à la date de retour.
  5. se rendre dans une librairie, un bureau de tabac, une papeterie. Se faire le grand plaisir de s’offrir un magazine, un livre, sur les sujets qui nous intéressent.
  6. Provoquer des rencontres : durant des ateliers organisés près de chez vous – cuisine, dessin, psychologie, nutrition, etc. Se rendre à des mini-conférences, participer à des stages de quelques jours, s’inscrire à un pèlerinage… Soyez curieux et apprenez à être ouvert d’esprit. Ce n’est pas en s’entourant des mêmes personnes au quotidien qu’on aura des regards différents et qu’on verra des choses différentes.
woman-turning-around-on-green-fields-2868441

SORTEZ DE VOTRE BULLE ! Le monde est grand, l’univers est immense et votre ville n’est qu’un grain de sable sur toute la galaxie.

Vous êtes une lumière.

Je vous souhaite de merveilleuses fêtes de fin d’année et une magique nouvelle année auprès de ceux que vous aimez et qui vous aime !

Déployez vous ailes et envolez-vous, Papillons !

Créativement vôtre.

Christina Jaka.

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux :

  • YouTube – Christina Jaka – Chaîne créative pour t’aider à développer ta créativité puis des moments ludiques et créatifs en famille

Les TuTobox Ludiques et Créatifs avec la bibliothèque de Rouen –

  • Pinterest – Christina Jaka

Ateliers créatifs·Développement créatif

Mes projets d’activités créatifs et artistiques 2019 – 2020

Ma rentrée créative : Parce que l’on ne cesse d’apprendre …

En 2012 naissait ma lubie créative, tentative en tout genre, cuisine, patisserie, tissage, coloriage, scrapbooking, peinture, dessin, écriture, tricot et j’en passe.

Je m’amusais à me promener au musée seule ou accompagnée, peu importe, tout ce qui me plaisait c’était de sentir cette ambiance colorée, de toutes les formes et qui plus est m’inspirait et me donnait envie de créer encore et encore en y sortant.

Evidemment et heureusement, mes caprices créatives ne se contentent pas d’aller au musée pour trouver l’inspiration.Je la trouvais seulement en vaquant dans mes pensées. Je la trouvais dans mes lectures, dans les chansons que j’écoutais, dans les conversations des inconnus, dans les rencontres et partages que je faisais au fil des jours.

Je n’ai pris sérieusement ma créativité en 2015 quand j’ai fais parti d’un groupe de coloriage sur facebook pour partager mes dessins de mes livres de coloriages. C’était une expérience enrichissante qui m’a donné des idées pleins la tête.

Je voulais… mais je n’osais pas. La volonté était bien présente mais l’audace n’était pas motivée régulièrement. J’avais peur.

En 2016, on me donne l’idée de créer et de partager « mon monde » au monde. Quelle idée folle, me dis-je ? Mais pourquoi pas ?

En 2017, je commence mon blog et mon aventure YouTube, juste pour moi. C’est un défi. Un grand défi. Enorme défi de la part d’une personne (très) peureuse, (un peu) introvertie et hypersensible comme moi mais faut bien commencer quelque part, non ?

En 2018, je me sens un peu seule dans ma créativité malgré mes partages, malgré mes rencontres « magiques ». Alors, je cogite. En même temps, il y a la « vraie » vie. Il faut gérer.

Et je gère. Faut bien rester positive. C’est la meilleure solution qui ne nous laisse pas tomber au final. Rien de plus logique.

En 2019, je cogite toujours mais je ne chôme pas. Je cherche, je trouve quelque chose, je prends du recul et finalement …

On est toujours en 2019, mais c’est bientôt la fin de cette année et cette fois-ci, c’est la fin de ma cogitation. Je décide de décider.

Je décide de continuer mon développement personnel et créative mais d’une autre façon, avec une forte intensité et avec « le monde qui m’entoure ».

Après quatre années de reflexion (ré) créative, de « je fais ou je fais pas ? », d’investissement à 100% dans ma vie de maman et de personne humaine (parce que je suis humaine avant d’être un robot qu’on enchaine à un système machinal), je débute dans la vraie vie.

Je vais commencer et continuer ce que j’ai toujours voulu faire avec émotions.

La peur ? Elle sera toujours là. Mais elle ne passera pas en première.

Je ne m’empêcherai plus de vivre.


Mon développement créative : Prêt à passer au niveau supérieur ?

J’ai mis en place une liste de défis, d’activités, de projets à réaliser afin de continuer mon développement créative de façon plus enrichissante et de façon plus humaine.

Objectifs de mes actions :

  • Rencontrer des personnes créatives et passionnées
  • Partager mon expérience et m’intéresser aux autres
  • Continuer à faire ce que j’aime sans attendre l’avis ni l’approbation d’autrui
  • Apprendre à réduire cette pensée « ça peut attendre »
  • Poser des questions, ne pas avoir honte de ne pas savoir : humilité !
  • Retomber en enfance
  • Avoir le cœur en fête

Numéro 1 : M’inscrire à des cours de couture et de tricot

arts-and-crafts-bobbin-close-up-1266139

Je n’ai plus le souvenir du jour ou j’ai cousu pour la première fois et j’avais bien aimé ma création mais je me souviens que j’étais une pré-ado déjà très créative.

J’avais voulu reprendre des cours de couture car je n’avais plus cousu après cette création, donc arrivée à l’âge adulte je ne savais pas coudre évidemment.

La première fois que je suis allée me renseigner pour m’inscrire à des cours de couture, c’était complet. J’ignore pourquoi je n’ai pas insisté à chercher les autres années. J’avais d’autres caprices créatives à fouetter sans doute.

Depuis le début d’année 2019, je suis passée maintes fois devant une association qui s’appelle « Cafe Couture » à Rouen. Je me suis renseignée sur leur site. Mais je n’ai jamais pris le temps d’aller les voir. Le moment n’était pas probablement pas encore passé.

Et la semaine passée, je suis passée les voir. J’ai été accueillie de façon simplement sympathique. Mais je sentais que je devais être là. Et tout était naturel.

C’est ainsi que cela commence.

Quant au tricot, j’ai appris à tricoter en autodidacte, pour l’instant je tricote en point mousse et je m’améliore en rapidité. Je me simplifie quand même la vie en tricotant avec des laines assez grosses et des aiguilles minimum à 12 mm. Faudrait que j’essaie le crochet, il y a plein de choses que j’aimerai créer avec de la laine.

Numéro 2 : Assister des ateliers/cours dessins et peinture

art-contemporary-creative-2964117

Je ferais en sorte d’être au courant de ce qui se passe en terme d’ateliers dessins et de peinture dans l’année qui ne me coûteraient pas chers même si je trouve un cours de dessins et peinture à l’année.

 

brainstorming-campaign-collaborate-6224Numéro 3 : Assister aux évènements artistiques. Être au courant de ce qui se passe au niveau des évènements artistiques, culturelles pour les familles et profiter d’y rencontrer des personnes créatives et artistes afin de les connaître. Me déplacer si possible vers les ateliers des artistes.

Cette activité n’est pas nouvelle pour moi. J’ai déjà fait le tour des ateliers créatifs seule ou en accompagnant mon fils ou en étant moi-même animatrice. Mais c’est toujours très important de pouvoir être présent pour rencontrer le travail d’autres artistes et passionnés amateurs ou professionnels. Ainsi on peut aussi parler de ce qu’on aime, de ce qu’on fait et pourquoi pas trouver des pistes qui nous aiguillent plus loin. Lorsqu’on assiste à des évènements qui nous intéressent, on y ressort toujours avec des pépites en plus pour la suite (inspirations, contacts, invitations, etc). Ce n’est pas négligeable même si parfois cela nous coûte un petit peu en achat ou déplacement. La passion n’a pas de prix et si on s’y prend bien, normalement ça nous le rend bien, avec quand même un peu de chance. 🙂

Numéro 4 :  Continuer à écrire sur mon blog et à partager sur les réseaux sociaux.

break-composition-create-688668

Quand on commence à faire ce genre d’activité, je vous avoue qu’on est prit facilement dans l’engrenage de « il me faut des j’aime et des abonnés ! » et malheureusement ce n’est pas le plus important. Quand on tombe dans ce piège et bien on attend que les abonnés et les j’aime et quand cela n’arrive pas et bien cela nous décourage car nous pensons que ce que nous faisons n’intéressent personne et donc on finit par en conclure que ce  que l’on partage est « nul ». Et ceci est une mauvaise croyance. Lorsqu’on décide de partager sur les réseaux sociaux, c’est comme écrire un livre, tout d’abord, on écrit le livre pour soi non pour les autres. C’est important que notre création nous plaise et nous donne l’impression d’avoir évolué. C’est notre expérience et notre parcours que nous mettons en lumière. Le plus important est de continuer à faire ce qui nous parle en harmonie pour soi et non pour les autres. Alors, oui, je continuerai à écrire non pour vous plaire mais « pour me plaire ». C’est mon défi et c’est mon expérience. Je suis heureuse si vous me lisez et que mon état d’esprit vous inspire mais si ce n’est pas le cas, je continuerai tout de même à « écrire ce que je veux, quand je veux et pour qui cela peut toucher ».

pexels-photo-256417Numéro 5 : Réviser avec mon fils ses leçons !

Vous allez peut-être vous moquer de moi mais je suis absolument sérieuse et je vais vous expliquer pourquoi.

J’avais passé l’année dernière une certification qui permettait de faire un point sur notre niveau « scolaire » de base et aussi sur notre niveau de connaissances psychotechniques et professionnels.

Lors du bilan avec mon accompagnatrice, j’ai réalisé que les maths étaient toujours une lacune pour moi sauf que c’était des maths niveau primaire, la honte !

Mon accompagnatrice et moi avons bien sympathisé pendant cette période, c’est pour dire qu’elle avait un petit garçon en primaire comme moi. Elle m’a conseillé de revoir les bases en travaillant avec les cahiers de vacances de mon fils. Je trouvais que c’était un défi intéressant mais je ne savais pas comment j’allais trouver la motivation ni le temps de réviser des bases. Cette accompagnatrice était une ancienne bosse des maths à l’école, elle m’a clairement donné  envie de (re)travailler mes maths. J’ai mis quelques mois avant de m’y mettre sérieusement. Je m’y suis remis à petite dose et c’était pendant ces vacances d’été que j’ai fait le max d’exercices.

Pourquoi je vous partage cette expérience et pourquoi c’est important dans le « boostage » de la créativité ?

Cette année mon fils a commencé sa rentrée en CE2, classe à laquelle était le fils de la dame qui m’accompagnait pour cette certification. J’ai beaucoup de plaisir à revoir les bases de la science, des maths et … du français !!

La langue française et moi, c’est une longue histoire …

J’aime beaucoup écrire. J’écris beaucoup et lire. Sauf que j’ai toujours manqué de vocabulaire jusqu’au lycée. A l’université, j’ai dû (re) travailler mon niveau de français. J’en ai découvert des choses, pour vous dire. J’ai réalisé que mon langage que ce soit parlé ou écrit était limité alors j’ai (re)commencé à lire, à beaucoup lire.

Aujourd’hui, je revois les bases du français avec mon fils et je réapprends des leçons que j’avais oublié, des termes, des vocabulaires de grammaire comme par exemple la leçon des mots invariables essentiels à connaître PAR COEUR si l’on aime écrire. Et puis y a les conjonction de subordination, de coordination et tout pleins de notions… que j’ai failli oublié.

pexels-photo-1337387.jpegNuméro 6 : S’entraîner à inventer des histoires

En primaire les enfants font des dictées, apprennent des poésies, chansons et des listes de mots divers.

Quand on a soif d’écrire et de trouver des idées d’inspiration comme moi quoi de mieux que de s’appuyer sur la fameuse liste de mot de son enfant.

Voilà pour les six défis que je me donne pour développer ma créativité cette année. Je trouve que je ne me mets pas la barre trop haute car la majorité des choses, je les connais déjà en théorie et je les pratique déjà. Ce qui est intéressant c’est de faire tout ce qu’on aime avec plus d’intensité. Ne pas faiblir, ne pas tiédir, ni refroidir !

Merci d’avoir lu cet article !

Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas à m’en faire part par commentaire !

Retrouvez-moi sur mes réseaux sociaux pro et personnels :

Dans ma playlist, retrouvez –

La tutobox des bibliothèques de Rouen

Grâce à Yves, le médiateur numérique de la Bibliothèque de Rouen et  à la création du projet Tutobox des bibliothèques de Rouen, j’ai commencé en 2018 à présenter des vidéos à propos des activités créatives et ludiques seule ou avec mon fils que je propose à un publique jeune et familiale. N’hésitez à visualiser les vidéos et à vous abonner à la chaîne de la Bibliothèque de Rouen.

Les vidéos que nous avons tourné jusqu’à aujourd’hui :

  • La tutobox des bibliothèques de Rouen : Le mandala de Chistina

  • La tutobox des bibliothèques de Rouen : Le mandala de Ryan

  • La tutobox des bibliothèques de Rouen : Le matériel créatif

  • La tutobox des bibliothèques de Rouen : Les livres créatifs

  • La tutobox des bibliothèques de Rouen : L’avion en papier

P.S. Actuellement ayant un souci de téléphone, je ne suis pas sur Instagram mais n’hésitez pas à me contacter par ici.

Créativement vôtre,

Christina Jaka

Mes sites et réseaux sociaux : 

  • Instagram: @unemamanetsesailes
  • Ma chaîne Youtube : Christina Jaka  – ABONNEZ-VOUS pour me soutenir dans mon projet et m’aider à me faire connaître 😉 :*)
  • Page FACEBOOK : Christina Jaka
  • Pinterest : Christina Jaka
Ateliers créatifs·Développement créatif

Mon projet créatif et artistique : mes ateliers

Mes chers (futurs) créatifs,

Je suis ravie de revenir avec cet article dans lequel je vous partage de façon plus explicite mon projet créatif.

En effet, ce temps de silence de ce blog m’a permis de mûrir ma réflexion créative.

J’ai pris du recul. J’ai eu des priorités personnelles, comme tout le monde, j’ai une vraie vie à part le blog. Et je considère qu’alimenter un blog nécessitait de l’inspiration. Je ne pouvais tout simplement plus écrire sans me sentir en harmonie avec cette activité ni sans connaître ma place dans ce monde très colorée. 🙂

Je comprends aujourd’hui que « trouver » ce qui nous anime au plus profond de son esprit est un long chemin de vie.

C’est une histoire de chute, de bâtons dans les roues, de cris mais surtout d’éveil merveilleux. Comme ce qui est entrain de se passer en ce moment avec moi.

Sans plus attendre, voici  que je vous partage ce qui anime mon cœur depuis assez longtemps et que je n’ai pas osé vous partager ou tout simplement je ne savais pas comment vous les dire. Ouvrez vos yeux et gardez moi à l’œil 😉

Sans titre2 (3)

Concept : quand créer donne des ailes

Adage : déployez vos ailes et envolez-vous, papillons.

Les projets de mes ateliers:

Initier divers publics à la création intuitive

Objectifs: développer sa créativité, se découvrir un talent caché, renforcer sa confiance en soi et la spontanéité, sensibiliser au zéro déchet

  • Organiser des groupes de partage créatif
  • Animer des ateliers créatifs et d’arts visuels pour enfants, ados, adultes, pro : maison de retraite, école, association, bibliothèque, métropole …
  • Vendre mes dessins sur différents supports (carte postale, marque page, notebook, journal intime, stylo, textiles)
  • Écrire ou créer un livre de conseils d’amis créatifs (livres de coloriage, livres inspirants, citations, astuces, idées de jeux, activités …)
  • Écrire un livre sur mon histoire
  • Enseigner l’Art journal et l’art visuel

Les projets professionnels :

  • Devenir art thérapeute
  • Devenir formatrice en créativité
  • Illustratrice – Dessinatrice

Les activités proposées :

  • Coloriage bien être
  • Collage créatif : assembler des couleurs, des images, des photos
  • Écriture créative : redécouvrir le journal intime ou personnel, Bullet journal,
  • Dessin créatif : l’art du motif – doodle, Zentangle, mandala, Kawaii, kolam
  • pliage (origami)

Les supports sur lesquels on peut créer :

  • Carnet : Bullet journal, art journal
  • Toile
  • Feuille : canson, A4, quadrillé

Le matériel :

  • Stylo
  • Feutres
  • Crayons de couleurs
  • Pastel
  • Pinceaux
  • Magazines ou Papiers récupérés

Inspirations :

  • La nature
  • Les saisons
  • Les couleurs
  • Les symboles
  • Les formes géométriques
  • Les contes
  • Son histoire personnelle

Dans ma playlist, retrouvez –

La tutobox des bibliothèques de Rouen

Grâce à Yves, mon caméraman et le médiateur numérique de la Bibliothèque de Rouen et  à la création du projet Tutobox des bibliothèques de Rouen, j’ai commencé en 2018 à présenter des vidéos à propos des activités créatives et ludiques seule ou avec mon fils que je propose à un publique jeune et familiale. N’hésitez à visualiser les vidéos et à vous abonner à la chaîne de la Bibliothèque de Rouen.

Les vidéos que nous avons tourné jusqu’à aujourd’hui :

  • La tutobox des bibliothèques de Rouen : Le mandala de Chistina

  • La tutobox des bibliothèques de Rouen : Le mandala de Ryan

  • La tutobox des bibliothèques de Rouen : Le matériel créatif

  • La tutobox des bibliothèques de Rouen : Les livres créatifs

  • La tutobox des bibliothèques de Rouen : L’avion en papier

Je continue donc mon aventure créative mais j’ai besoin de vous. Je ne suis pas parfaite, j’ai toujours fait de mon mieux, j’ai appris à écouter mon cœur et à vivre en simplicité et dans toute mon authenticité, je vous partage mon monde. Au plaisir d’échanger avec vous sur mon blog ou sur les réseaux sociaux, Instagram. 

P.S. Actuellement ayant un souci de téléphone, je ne suis pas sur Instagram mais n’hésitez pas à me contacter par ici.

Créativement vôtre,

Christina Jaka, art et vie

Mes sites et réseaux sociaux : 

  • Ma chaîne Youtube : Christina Jaka – ABONNEZ-VOUS pour me soutenir dans mon projet et m’aider à me faire connaître 😉 :*)
  • Page FACEBOOK : Christina Jaka
  • Pinterest : Christina Jaka